Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord

Aller en bas

Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord Empty Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord

Message  Krigarktisk le Sam 25 Juil - 14:00

Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord



Chapitre 1, dans les salles des Dieux


Dans le haut célèste, où l'on pensait que rien ne naissait. Du moins jusqu'à maintenant;

Naquit un homme aux allures colossales. On racontait que cet homme revenu tous les cent ans dans son palais. Krig, de son nom, était un homme imposant et à une fière allure. Ses vêtements richement brodés d'or lui offraient une allure de Zeus dans ses bonnes heures. Car il lui ressemblait.

Une longue barbe, une allure de père des vivants, un esprit juste pour une forme imposante. Tel était bâti le roi des Dieux. Bien des légendes circulaient sur cette image. Il marchait.

Sur un trône, non loin, se trouvait une femme, aux cheveux d'or. On avait une belle impression, une belle vue, lorsqu'on la regardait. Peut-être était-ce parce qu'un homme la regardant aurait perdu la vue, seuls les dieux pouvaient s'y adresser, elle n'apparaissait qu'en peintures. Chevelure d'or, à la cascade en descendant, et s'adressant pourtant bien froidement à l'homme en face d'elle, et se levant;

Alors, j'eus entendu dire que Dod a encore fait parler de lui.

Son esprit malsain. Dans une grotte, une caverne ou tout ce que la langue pouvait porter de noms pour ce lieu, apparut un être. Mais pour cet être, le nom d'homme était sans doute peu approprié.

On pensait que seule, la nature ne pu le porter. Ou peut-être ne voulut elle pas de lui. Toujours était il qu'on y voyait un mélange d'homme et de femme. Pas un monstre, mais une vision à cauchemard. Il était grand;

Des yeux, deux, et des mains, deux aussi. Rien n'était de troublant dans ces attributions. On voyait du normal. Jusqu'à se porter de plus haut, où l'on voyait des seins, mais aussi un torse, un regard d'homme et aussi celui d'une femme, des sexes par deux; sauf que personne n'avait pu décrire s'ils étaient permanents ou bien apparaissants chacuns leurs tours.

Ainsi que des attributions, faisant tourner l'esprit de l'homme, si bien que le mystère planait sur ce dieu, dont on n'avait pas tout vu.

Mais sur le Mont, on la colère criait, venue ou venant d'en bas, comme un éclair, on voyait un ange, qui s'attristait. C'était un ange tout ce que l'on pouvait appeler de contraire de miniature. Il était grand, vêtu d'un manteau de fourrure, car il faisait froid en bas sur terre. Il essayait du moins, car invisible, chaque humain tentait de l'appercevoir, les manteaux de fourrures ne l'étaient pas.

Il composait des vers, chantonnant, dans le grand froid où il était. Et il essayait de ne pas se faire voir, car là était son attribution, son rôle.

Il se rapprochait doucement de la chaleur, là où un homme criait. Ses cris ouverts contre le ciel dirigés, faisaient le ciel s'étrangler, et la folie naitre, mais l'ange ne l'entendait pas. Il continuait chantonnant, et tentait de ne pas entendre. Il entendait des choses à travers les hurlements, jusqu'à ce que l'homme à la colère façonnée ait la gorge étranglée, et accepte de le reconnaître. Il se reposa alors, sur un siège. Il n'avait pas de trône, privilège réservé au plus grand. Enfin, c'est ce qu'on en disait. Krig était un beau parleur et faisait Slag hurler la réponse que l'on n'entendait pas. Dans ce volcan, seul entendait son écho.

Arktisk était amusée. Elle avait eu une aventure avec le dieu de la guerre; C'était un homme charmant, mais était insupportable au bout de quelques heures. Elle se retourna. Krig fit de même. Il lança quand même:

J'ai entendu dire que certains humains t'avaient courtisé.

Puis il se retourna. Elle se retourna surprise. Puis s'en alla.
Krigarktisk
Krigarktisk

Messages : 27
Date d'inscription : 17/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord Empty Re: Le paradis des bons, la Mythologie du Grand nord

Message  Krigarktisk le Lun 27 Juil - 8:35

Chapitre deux: des piedestals


On se trouvait dans une pièce aux barreaux d'or, tel un temple antique, qu'on voyait laisser transparaitre la lumière à travers lui. Il faisait beau, trop beau pour qu'un seul soleil puisse en générer toute la lumière. Ils étaient trois, trois à apparaitre et à se manifester. L'un pensait que la lumière pouvait faire écho, l'autre qu'elle apparaitrait seul, sans préavis, le troisième discutait. Tous pensaient avoir raison, sauf le troisième. Ils avaient tous un nom, fort joli à plaire: constance, bruit et peine.

L'un d'entres eux pensait qu'à force de perseverer tout s'obtenait, mais il avait tort; car à ce que voulaient les Dieux, et pour leur gré, tout était. Nul ne pouvait l'ignorer, et nul n'agissait sans le savoir; car à chaque parole, les dieux parlaient, et à chaque geste, c'était du divin.

Le premier piedestal était brisé, le chemin réservé aux dieux seuls, et seuls eux peuvent indiquer la voie!

[en cours de rédaction. Je précise que j'écris cela afin d'avoir une polithique très conservatrice et anti libérale. Je ne pense pas réellement ce que j'écris. ^^]
Krigarktisk
Krigarktisk

Messages : 27
Date d'inscription : 17/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum